Création mondiale de “SIEGFRIED- A Monologue” dans le cadre du Festival de Bayreuth

25
Siegfried a Monologue
Siegfried a Monologue

Après la première mondiale de l’opéra Der verschwundene Hochzeiter (Le marié disparu. Voir notre critique) de Klaus Lang en 2018, une autre première mondiale aura lieu cette année dans le cadre de DISKURS BAYREUTH, le programme d’événements artistiques et scientifiques qui accompagne le festival de Bayreuth. Cette année également le Festival de Bayreuth a passé commande d’une nouvelle oeuvre. Le 13 août, la pièce de théâtre SIEGFRIED – A Monologue, de Feridun Zaimoglu et Günter Senkel, doit être présentée par le Festival de Bayreuth à l’occasion du 150e anniversaire de Siegfried Wagner, né en 1869. Les auteurs traitent de la figure aux multiples facettes de Siegfried Wagner. Leur travail ne consiste pas en une biographie qui suivrait les événements de la vie du fils de Richard et Cosima Wagner, mais propose une réflexion très émouvante et intense sur l’artiste et le directeur de festival contradictoire que fut l’héritier de Bayreuth, une œuvre à l’analyse généralement impitoyable, empreinte d’auto-ironie et de sarcasme, protestant parfois désespérément et également amèrement triste. Siegfried, dont le nom est composé de deux mots allemands qui signifient “victoire” et “paix”, y prend la parole à deux moments de son existence : le 1er août 1914, lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté et que le prétendu “bon vieux temps” s’en est allé au diable dans une frénésie sanglante, et le 4 août 1930, le jour où meurt cet homme qui ne fut ni vraiment héroïque ni victorieux.

Représentations les 13, 15, 19 et 21 août 2019 à 20 Théâtre “Reichshof”, Maximilianstrasse, 28, à Bayreuth. Tickets : cliquer ici.

1869, l’année de la naissance de Siegfried, fut aussi l’année de la création mondiale du Rheingold à Munich, un opéra qui fête lui aussi son 150ème anniversaire. L’histoire de cette création mouvementée nous a été rapportée par les journalistes français présents cet été-là dans la capitale bavaroise dans des articles que nous avons réunis et commentés dans un recueil récemment publié, Les Voyageurs de l’Or du RhinUne de ces journalistes ne fut autre que Judith Gautier, la fille du célèbre Théophile, qui, cet été-là devint l’amie du couple Wagner et qui fut choisie comme marraine pour leur fils Siegfried, avec rien moins que le roi Louis II de Bavière comme parrain.

Invitation 

Nous présenterons notre recueil  Les Voyageurs de l’Or du Rhin ce 29 juillet à 14 heures dans la salle de cinéma du Richard Wagner Museum de Bayreuth (Villa Wahnfried). Vous y êtes cordialement invités !

Luc Roger