Exceptionnel Gala Verdi

66
Garla Verdi
Garla Verdi

Le Teatro Regio di Parma nous a offert ce jeudi 10 octobre un Gala Verdien exceptionnel, et le qualificatif n’est pas exagéré. Un de ces moments où le temps semble avoir rassemblé tous les éléments pour que l’on puisse vivre une soirée qui restera gravée dans les mémoires de celles et ceux qui auront eu la chance et le bonheur d’y assister. 

Il faut dire que cette journée était spéciale pour tous les amateurs de Verdi, puisque ce dernier était né un 10 octobre (1813) et que la ville de Parme sait fêter dignement cet événement tous les ans. Plusieurs manifestations se déroulent dans différents lieux mais le point fort – et le plus émouvant – reste celui du rassemblement devant le monument au Maître. Diverses personnalités se réunissent (Directrice du Théâtre, M. le Maire, associations, passionnés…) et après les traditionnels discours, la chorale des Amis de Verdi entonne le célèbre « Va pensiere… « (la prière de Nabucco). Cette année à ces choristes se sont joints Léo Nucci, Michèle Pertusi et Luca Salsi ; de grands noms parmi des anonymes pour communier ensemble et remercier celui qu’ils adorent…à juste titre.  Merci à tous ces acteurs présents, à quelque titre que ce soit, de nous avoir fait vibrer. 

Le soir nous retrouvons Léo Nucci en compagnie de la soprano Anastasia Bartoli, sous la direction du Maestro Francesco Ivan Ciampa dirigeant l’orchestre Giovanile della Via Emilie composé uniquement de jeunes musiciens. Après une ouverture hésitante de la symphonie en do majeur (dans laquelle on retrouve des intonations de l’opéra un giorno di regno) où les pupitres cherchent une unité, tout rentre dans l’ordre dès l’arrivée de la soprano incarnant une Desdemona (Otello) puissante mais émouvante. Le volume sonore est impressionnant, le timbre chaud et velouté, l’étendue vocale semble sans limites. Tout juste peut-on se demander si ce rôle est vraiment adapté à ses moyens. La réponse apparaîtra de façon évidente et prendra toute sa dimension en l’entendant interpréter Lady Macbeth ou Abigail (Nabucco). 

L’entrée de Léo Nucci déclenche un tonnerre d’applaudissements qui laisse présager une soirée formidablement animée. Après avoir salué/remercié le public, il entre immédiatement dans la peau de Posa (Don Carlo) et nous distille une mort inoubliable. Tout y est : la douleur, l’amitié, le patriotisme…illustrés par un legato naturel, des graves assurés, des aigus insolents, une ligne de chant somptueuse et un vibrato maîtrisé ! Que demander de plus ? Il ne chante pas, il interprète, et ceci est vrai pour tous les personnages qu’il fera vivre tout au long de cette soirée. Il en est de même lors des duos avec la soprano, où il est tour à tour mari, père, amant (virtuel dans Il Trovatore). Impossible de passer sous silence sa remarquable prestation dans l’air des Masnadieri où il fut extraordinaire, avec notamment un final splendide. Les airs s’enchaînent comme par magie et la ferveur du public gagne en intensité. L’orchestre nous régale avec un extrait de Luisa Miller superbe, et surtout la très célèbre ouverture de La Forza del Destino parfaitement en place.

Le programme s’achève sur le magnifique duo final du Trovatore, mais le public ne souhaite pas en rester là et réclame des bis pendant de longues minutes. Après avoir enchaîne 2 bis (Aria de Rigoletto puis duo du Trovatore) les interprètes veulent nous dire au revoir avec le brindisi de La Traviata, où le public (coupe de champagne à la main offerte par le théâtre) est invité à participer à cette liesse. Ce ne sera pas le dernier extrait de la soirée puisque la salle debout réclame encore et encore des bis que les chanteurs accorderont avec toute la générosité qu’on leur connait.  C’est finalement au bord des larmes que les protagonistes quittent la scène, mais une partie du public prolonge ce moment en les attendant à la sortie. Nous partons enfin avec un peu de regret, mais le sourire aux lèvres et le sentiment d’avoir vécu un moment vraiment exceptionnel et inoubliable. 

Un grand merci à la Direction et au personnel de ce magnifique lieu pour son accueil toujours impeccable et une programmation de grande qualité. Puisse un grand nombre de théâtres français s’en inspirer….

Merci aussi à Marco VASINI pour sa jolie photo.

Corinne Legac