L’Attila de Verdi a brillamment ouvert la saison du Münchner Rundfunkorchester.

63
L'Attila de Verdi a brillamment ouvert la saison du Münchner Rundfunkorchester.
L’Attila de Verdi a brillamment ouvert la saison du Münchner Rundfunkorchester.

Ambiance de fête hier soir au théâtre du Prince-Régent de Munich (Prinzregententheater) : l’Orchestre de la radio de Munich (Münchner Rundfunkorchester), l’un des deux orchestres affiliés à la Radio bavaroise (Bayerischer Rundfunk) a ouvert sa saison avec une version concert d’Attila de Verdi, son neuvième opéra, monté une époque où le compositeur a pris de l’assurance en se débarrassant des «facilités» des fanfares sur scène qu’il considère désormais comme un genre «provincial».

Attila se prête bien à la version concert tant son livret est abracadabrant. L’opéra se prête bien aussi, semble-t-il, aux ouvertures de saisons, puisque la Scala s’en est offert une maison scénique alors que la grande maison milanaise, verdienne par excellence, rouvrait ses portes la saison passée avec cet opéra qui avait connu sa première vénitienne en 1846.

Le Münchner Rundfunk Orchester a mis les petits plats dans les grands en offrant une distribution magnifique au public munichois : la soprano ukrainienne Liudmyla Monastyrska en Odabella. le grand ténor italien Stefano La Colla en Foresto, le superbe baryton roumain George Petean en Ezio et la basse Ildebrando d’Arcangelo dans le rôle-titre.

C’est aux mains expertes du nouveau directeur musical du théâtre d’Hanovre, le croate Ivan Repušić, un chef rompu au répertoire italien, qu’a été confiée la direction d’orchestre.  Le maestro avait déjà donné ici même Luisa Miller et I due Foscari avec le Münchner Rundfunk OrchesterStello Fagione avait préparé les choeurs de la radio bavaroise, dont la réputation d’excellence n’est plus à faire, ce qui s’est largement confirmé à l’audition.

Et ce fut une délectation belcantiste, ce genre de dégustation qu’offre aisément la version concert avec les solistes qui peuvent se donner entièrement à l’exercice de leur art. Liudmyla Monastyrska, une spécialiste du répertoire verdien, a donné une démonstration éclatante de son savoir-faire et de la diversité de ses talents avec tantôt des parties vengeresses chantées à pleine puissance, au cours desquelles elle joue ici et là sur les effets de descentes vertigineuses vers les graves, et tantôt abordant les parties les plus hautes avec une légèreté toute cristalline, dévoilant la femme amoureuse qui se cache sous la cuirasse de l’amazone orpheline. On la retrouvera l’été prochain au festival de l’opéra de Munichn Abigaille aux côtés de Placido Domingo annoncé pour le rôle de Nabucco. Stefano La Colla est à Munich où il répète Tosca ; il y chantera bientôt Cavaradossi, son rôle fétiche, aux côtés d’Anja Harteros, et on le retrouvera encore l’été prochain au Bayerische Staastoper dans Andrea Chenier et Turandot. Son Foresto montre toute la maîtrise de ce grand chanteur au faîte de son art, d’une grande beauté vocale dans une expression émotionnelle forgée avec passion et authenticité, avec un timbre somptueux aux dorures viel or, avec des échos sombres qui en amplifient la puissance. Ildebrando d’Arcangelo  apporte son expertise au rôle-titre, lui qui l’avait déjà chanté avec succès en 2016 au Communale de Bologna, une production qui est accessible en DVD. Avec sa voix de bronze, il traite le rôle-titre avec plus de nuance que d’éclat pour explorer les méandres d’un personnage complexe.  Son traitement des inquiétudes et des  tortures d’Attila livré aux apparitions spectrales est d’une beauté impressionnante. George Petean a suscité hier soir l’enthousiasme pour son Ezio donné avec une projection stupéfiante, un phrasé impeccable, entouré de soins minutieux, et une cabalette splendide. Dans les rôles secondaires, Stefan Sbonnik et Gabriel Rollinson participaient du même niveau d’excellence.

Cette belle soirée ressemblait en première partie souvent plus à un récital où de grands chanteurs donnaient leurs numéros de bravoure, prenant et temps de savourer les applaudissements nourris et de remercier le public. Le deuxième et surtout le troisième acte avec le trio puis le quatuor final , du fait même de la composition, ont permis quelques rapprochements des chanteurs, mais ce fut hier soir  le triomphe du belcanto bien plus que celui de l’opéra.

Luc Roger