Le marié disparu de Klaus Lang, création mondiale d’un nouvel opéra au Festival de Bayreuth

19
Le marié disparu de Klaus Lang, création mondiale d'un nouvel opéra au Festival de Bayreuth
Le marié disparu de Klaus Lang, création mondiale d’un nouvel opéra au Festival de Bayreuth

Pour la première fois depuis la création de Parsifal en 1882 à Bayreuth, un nouvel opéra sera créé dans le cadre du Festival de Bayreuth.  Ce nouvel opéra, Der verschundene Hochzeiter, a été commandé par le Festival au compositeur autrichien Klaus Lang (musique et texte) qui a travaillé en collaboration avec le concepteur et metteur en scène Paul Esterházy. Cette production sera présentée dans le cadre du programme “Diskurs Bayreuth“.

Bien sûr la colline verte reste sacrée et ce nouvel opéra ne sera pas créé dans la Maison du Festival dans laquelle seuls les opéras de Wagner peuvent être représentés. L’opéra sera joué dans une salle de cinéma historique du centre ville de Bayreuth, le “Reichshof“, une salle art déco qui fut construite en 1925.

L’argument du Marié disparu ( Der verschwundene Hochzeiter) est inspiré d’une vieille légende de la vallée du Gölsental en Basse-Autriche: l’histoire insolite d’un jeune marié qui arrive un jour au mariage d’un noble étranger dans un pays inconnu et qui se voit inviter à trois jours de fêtes. A son retour, il se rend compte que trois cents années se sont écoulées.

Klaus Lang et Paul Esterházy se sont assuré la collaboration du groupe belge de musique contemporaine Ictus, basé à Bruxelles, préparé par George-Elie Octors. Voici comment Ictus présente le nouvel opéra sur son site web:

“La musique sonde l’espace vide, enveloppant le public. ‘De la vacuité du vide à la plénitude du vide’, selon les propres mots du compositeur. Et aussi ‘la musique n’est pas destinée à séduire les cœurs, il veut les pénétrer, lancer des ramifications et créer des extensions.’  Le voyage du jeune homme devient ainsi notre propre voyage, comme nous allons de l’avant, avec tous les sens en alerte, dans un monde étrangement familier, au coeur du silence jusqu’au coeur du son.

Deux acteurs-danseurs Jiří Bubeníček et  Otto Bubeníček doublent les deux mariés (Hochzeiter I, Hochzeiter II) et deux chanteurs Alexander Kiechle (Der Hochzeiter) et Terry Wey (Der Fremde) interprètent le jeune marié et l’étranger.

Le concept est radicalement différent de celui de l’opéra wagnérien dont la liturgie suppose une représentation frontale d’un art total qui s’écoute dans un silence et une immobilité religieuses. Le groupe Ictus déconstruit ces paramètres en disséminant 12 voix dans une salle plongée dans la pénombre comme au début d’une séance de cinéma. Les 20 instrumentistes d’Ictus interpréteront la musique radicalement contemporaine de Klaus Lang, un compositeur qui n’en est pas à son premier opéra et qui travaille sur de nouvelles formes de théâtre musical, en s’appropriant notamment l’univers sonore contemporain.

Agenda: les 24, 26 et 27 juillet en la salle Reichshof de Bayreuth

Réservations: voir la page du site du Festival de Bayreuth consacrée à cette production.