Sept pièces en enfilade : enquête policière autour du Barbe-Bleue de Bartók à Munich

57
Sept pièces en enfilade : enquête policière autour du Barbe-Bleue de Bartók à Munich

La metteure en scène Katie Mitchell renouvelle le genre de l’opéra en donnant une lecture féministe radicale du Château de Barbe-bleue de Béla Bartók remanié en forme d’enquête policière : A kékszakállú herceg vára chanté en hongrois dans une mise en scène d’une intelligence et d’une force confondantes, dessinée au scalpel pour une soirée tout entière confiée au Weibermacht, au pouvoir des femmes, avec l’Ukrainienne Oksana Lyniv au pupitre, qui fut la digne assistante du maestro Petrenko,  et la percutante Nina Stemme menant l’enquête. Trois maîtresses femmes qui font voler en éclat ce qu’il pourrait rester de la hiérarchie des genres, au travail desquelles il convient d’ajouter celui très réussi des costumes de Susie Juhlin-Wallén et le design video d’Ellie Thompson. Les hommes ne sont pourtant pas en reste avec l’immense interprétation du Barbe-bleue de John Lundgren dont l’intensité du jeu et du chant brûle les planches. Le cinéaste Grand Gee réalise en première partie un film muet qui colle parfaitement à la musique du Concerto pour orchestre de Bartók, dont la force évocatrice énonce avec clarté les conditions du drame relu par Katie Mitchell, un film d’une qualité telle qu’on pourrait croire que le Concerto pour orchestre de 1944 a été composé pour lui, alors que c’est bien sûr l’inverse qui est vrai.

Le Concerto pour orchestre, composé immédiatement après la fuite de Bartók de l’Europe vers les États-Unis réutilisait, plus de trente ans après la composition de l’opéra, des motifs du Château de Barbe-Bleue. Peu de temps avant sa mort, Bartók retravailla de nouveau de manière décisive le Concerto et c’est cette dernière version qui peut être appréciée dans la production de Katie Mitchell, qui l’a judicieusement choisie en première partie de spectacle pour introduire sa lecture de l’action, que le programme du Bayerische Staatsoper résume de la manière suivante :

Anna Barlow est une inspectrice de la police criminelle, spécialisée dans le travail d’infiltration. Elle enquête sur les cas de trois femmes portées disparues, qu’unit un point commun : toutes trois ont travaillé en tant qu’Escort-girls. Au gré de ses investigations, Anna parvient à circonscrire le quartier dans lequel la dernière de ces femmes a disparu. Elle se choisit une identité en adéquation avec celles des trois femmes et se crée un profil en ligne sur une agence d’escorte. Elle est sollicitée par un homme qui se fait appeler Barbe-Bleue. Elle accepte le travail. Une voiture vient la chercher et la conduit vers un lieu souterrain, situé dans ce même quartier cossu auquel l’avait menée son enquête. Barbe-Bleue l’accueille. Il la nomme Judith.

Ainsi la dernière des victimes de Barbe-Bleue n’en est-elle pas une et Judith finira par supprimer Barbe-Bleue après l’avoir blessé à la jambe, outrepassant les droits de sa fonction policière. Katie Mitchell donne une interprétation finement nuancée du beau livret de Béla Balász qui explorait déjà en profondeur la psyché humaine, dans un travail complice avec celui de son décorateur Alex Eales, qui installe des décors en les faisant défiler dans un caisson réduisant les dimensions de la scène : les sept portes de Barbe-Bleu servent de communication à sept pièces en enfilade (et auxquelles le sang sert de fil rouge)  dont les décors sont à chaque fois une illustration d’un aspect de la psyché de Barbe-Bleue et / ou de celle de ses victimes, : ainsi la pièce coffre-fort signale-t-elle à la fois l’immense richesse du protagoniste de l’histoire, et celle que cette richesse a pu exercer sur ses victimes, et les larmes contenues dans le bassin de la pièce aux larmes peuvent-elles être celle des femmes incarcérées ou celles que leur bourreau a pu verser sur lui-même et sa sinistre vie. L’ambiguïté est toujours présente et Barbe-Bleue y gagne une dimension humaine absente du conte d’origine de Perrault et plus encore de la version des frères Grimm.

Oksana Lyvniv dirige l’orchestre avec une rigueur vigoureuse qui rend pleinement les beautés du Concerto dans lequel chacun des groupes orchestraux occupe un moment la fonction de soliste, un modèle inventé par Bartók. Cette rigueur extrême est rendue indispensable en raison de la nécessaire synchronicité avec le déroulement du film de Grant Gee. La progression et les couleurs de l’oeuvre sont remarquablement bien rendues, de l’austérité du premier mouvement jusqu’aux vagues déferlantes du final. À l’intensité soprano dramatique de Nina Stemme  répondent les profondeurs menaçantes du superbe baryton-basse de John Ludgren qui semble taillé pour interpréter les méchants. Sa taille imposante projette des ombres inquiétantes sur chacune des scènes et son jeu de scène livre toutes les nuances et les complexités de son personnage. Ces deux grands chanteurs doublés de deux grands acteurs nous font vivre une soirée captivante.

Un spectacle d’une rare perfection que le Bayerische Staatsoper offre encore sur son site en vidéo à la demande jusqu’au 10 mars.

https://operlive.de/

Luc Roger