Le Theater-am-Gärtnerplatz donne un Wildschütz cynégétique

45
Christoph Filler (Graf von Eberbach), Lucian Krasznec (Baron Kronthal) Crédit des photographies:  Christian Pogo Zach
Christoph Filler (Graf von Eberbach), Lucian Krasznec (Baron Kronthal)
Crédit des photographies: Christian Pogo Zach

Le Theater-am-Gärtnerplatz a fait le pari de redonner vie au Wildschütz d’Albert Lortzing, un opéra qui remporta un beau succès en son temps avant de tomber dans l’oubli. (Voyez notre article d’introduction: Le Braconnier d’Albert Lortzing au Theater-am-Gärtnerplatz).

Pendant l’ouverture, le grand rideau de scène rouge et or reçoit les projections successives, du plus bel effet, d’un cerf lançant son brame, d’une biche, puis de leur copulation suivie du retour de la première image. Le ton de la mise en scène est donné, Le braconnier (Der Wildschütz) de Lortzing sera placé sous le double signe de la chasse et des amours. S’il est vrai que le point de départ de l’action réside dans le malencontreux coup de fusil d’un maître d’école qui s’est transformé en braconnier d’occasion, c’est sur ce point qu’insiste constamment la mise en scène de Georg Schmiedleitner qui place toute l’intrigue dans un milieu de chasseurs. Les décors et les costumes sont cygénétiques: femmes portant fourrures et bois de cerfs, choeur de chasseurs, chasseurs portant des couvre-chefs avec des bois de daguets, cible gigantesque avec en son centre la tête d’un cerf, fusils de chasse et coups de fusils.

Pourtant le livret inspiré du Chevreuil, une pièce de Kotzebue, ne porte pas sur la chasse et le coup de fusil initial n’est que l’occasion malencontreuse d’une comédie boulevardière de moeurs dont les protagonistes sont tous en mal d’amour. Georg Schmiedleitner a comme on pouvait s’y attendre utilisé la métaphore de la chasse pour exprimer les poursuites amoureuses souvent intempestives  dont les femmes sont l’objet. Il a également mis l’accent sur sur la psychologie des personnages et sur la problématique des classes sociales et des jeux de pouvoir que Beaumarchais et Mozart avaient déjà en leur temps mise en évidence. Le vieux maître d’école a un ascendant certain sur sa pupille qu’il veut épouser, les nobles considèrent encore le droit de cuissage comme allant presque de soi et font des mariages d’argent pour redorer leurs blasons.

L’opéra comique de Lortzing mêle le chant aux dialogues et pourrait facilement être classé dans le genre de l’opérette. L’intrigue comporte nombre d’éléments invraisemblables, faisant usage du travesti de femmes qui se déguisent en hommes, créant les situations impossibles de soeurs et frères qui ne se connaissent pas et tombent amoureux l’un de l’autre, et d’une double reconnaissance au final. Une action plaisante, qui fait encore sourire, mais dont le propos assez mal cousu est dépassé.

La comtesse (Anna Agathonos)
La comtesse (Anna Agathonos)

Au centre du décor de Harald B. Thor se trouve le coeur du plateau tournant qu’il détache de la scène en le faisant s’élever de la scène par des filins d’acier, le transformant en un podium sur lequel se déroule une partie de l’action, et créant des effets comiques lorsque le plateau se mit à pivoter et que les chanteurs perdent pied attirés vers la scène par les lois de la gravité. Mis à la verticale le plateau devient l’énorme cible à tête de cerf déjà évoquée. Totalement surélevé au-dessus de la scène, il sert à son éclairage par les lampes qui y sont fixées. Enfin il sert aussi à cercler la corolle de l’extraordinaire robe imprimée de citations littéraires de la comtesse von Eberbach (Anna Agathonos) qui trompe le désastre de son mariage en se passionnant pour les tragédiens grecs.

Pour la reprise de cet opéra qui a connu sa première la saison passée, Le Theater-am- Gärtnerplatz a fait appel à Alfred Eschwé, un chef spécialiste des opérettes de Strauss, un choix judicieux pour cette oeuvre qui est à la limite du genre, dans laquelle les choeurs, entraînés par Felix Meybier, jouent un rôle non négligeable. Si tant l’orchestre et les choeurs que leurs chefs se sont appliqués à rendre l’oeuvre avec leur talent et leur professionnalisme coutumiers, on n’est jamais vraiment soulevé par la musique qui n’a ni l’allant, ni l’éclat ni la vivacité des grandes compositions d’opérette du tournant du siècle. On passe cependant une bonne soirée musicale, avec un plateau de qualité: la basse hongroise Levente Páll interprète avec sa belle voix profonde et un grand talent de comédien le rôle d’un maître d’école vieillissant et empâté et qui espère couler encore de beaux jours avec sa jeune fiancée Gretchen, toute rebelle qu’elle se montre d’avoir à épouser un barbon. Son grand air final, l’air des cinq mille thalers, constitue un des grands succès de la soirée. Ilia Staple se montre excellente en Gretchen, à laquelle elle donne un côté primesautier et ingénu très séduisant. Le comte von Eberbach de Christoph Filler manque quelque peu de relief. María Celeng joue avec brio le rôle de la baronne Freimann avec son double travestissement en étudiant barbu puis en fausse Gretchen, et surtout avec un soprano vibrant et admirablement projeté, aux superbes aigus. Le ténor lumineux et la prestance athlétique de Lucian Krasznec font merveille en baron Kronthal. Ce chanteur d’origine roumaine fait partie de la troupe du Theater-am-Gärtnerplatzdepuis la saison dernière, un engagement dont les habitués du théâtre ne peuvent que se réjouir.

Somme, toute on passe une bien agréable soirée dans la jovialité et la bonne humeur de cette production bien dans l’esprit du théâtre populaire.

Luc Roger

Agenda

A voir les 2 et 17 novembre, et les 8 et 19 décembre au Theater-am-Gärtnerplatz.